Accueil          Matériel          Boutique du site          Informations Techniques          Galerie          Informations légales          Liens

Informations Techniques

pinhole sténopé lochkamera

Bienvenue sur le support technique de Sténocaméra, vous trouverez ici les informations essentielles concernant la prise de vues au sténopé ou avec objectif avec le matériel que vous trouverez sur la boutique. Des données concernant le développement des films et des papiers seront misent en ligne un peu plus tard.

pinhole sténopé lochkamera

Ce qu'il faut savoir pour aborder la prise de vue sténopé :

Un sténopé est un trou de quelques dixièmes de millimètre de diamètre, un très petit diaphragme en quelque sorte, percé dans une feuille métallique très fine et capable de former une image relativement définie sur une surface sensible si il est placé à une distance déterminée de celle -ci. Il n'y a donc besoin d'aucune lentille, seul le petit trou forme l'image.

Ce que vous pouvez faire avec un sténopé :

  • Obtenir une image très particulière et singulière d'une scène photographiée, je trouve que le sténopé est plus proche de la "perception" que de la "vision" du sujet photographié.
  • Photographier le temps : toute chose en mouvement sera enregistré en continu, le temps de pose étant en général de quelques secondes, tout objet en mouvement formera la trace de son mouvement et si l'objet se déplace de façon rapide ou si le temps de pose et trop long par rapport à la vitesse de déplacement de l'objet en mouvement, cet objet deviendra invisible. Ainsi, si vous photographiez une rue passante ou un endroit où circulent des automobiles et si le temps de pose est suffisamment long, ni passants ni voitures ne seront visibles sur l'image.
  • Obtenir une profondeur de champs extrême : tout ce qui se trouve devant un sténopé est à peu près net de quelques mm à l'infini, il n'y a donc pas vraiment de notion de profondeur de champs avec le sténopé.

Ce que vous ne pouvez pas faire avec un sténopé :

  • Figer un mouvement : il sera en général très difficile de figer un mouvement avec un sténopé, sauf à utiliser un capteur numérique (qui n'est pas soumis à l'effet Schwarzschild, voir plus bas) ou un film ultra sensible type Ilford ou Kodak 3200 ISO, dans des conditions favorables et avec un système photographique disposant d'un obturateur pouvant donner un temps de pose d'au moins 1/30 ou 1/60 ème de seconde.
  • Changer d'angle de champs de prise de vue en changeant le diamètre du sténopé. C'est une erreur courante qui consiste à croire que changer de diamètre de sténopé revient à changer la façon dont l'angle de champs image sera représenté, à changer d'objectif en quelque sorte. Changer de diamètre de sténopé ne modifie que la valeur de diaphragme et la définition (la netteté) de l'image si la distance sténopé/film n'est pas modifiée. Si on veut modifier l'angle de champs image, il faut impérativement modifier la distance sténopé/film. Une distance courte par rapport au format de la surface sensible donne un champs image très large, comme un "grand angulaire", une distance égale à la diagonale du format donne un champs image identique à  une "focale normale" et une distance plus longue que la diagonale du format va donner un "effet téléobjectif". 
  • Obtenir une profondeur de champs réduite, isoler un sujet grâce au flou de part et d'autre du plan de mise au point : il est impossible, par définition, d'obtenir une mise au point sur une partie particulière d'un sujet et de laisser le reste dans le flou, comme avec une optique, le sténopé produit une image "relativement nette" de quelques mm à l'infini.

Ceci dit, la photographie au sténopé est relativement simple :

  • Vous n'avez pas à vous préoccuper de faire la mise au point,
  • Le cadrage est obligatoirement fait soit de façon approximative soit à l'aide d'un viseur externe (il n'est pratiquement pas possible de former une image sur un dépoli),
  • Le diaphragme est fixe, il n'y a donc pas de réglage vitesse/diaphragme à effectuer, c'est un peu comme si vous étiez tout le temps en priorité diaphragme,
  • Le matériel à utiliser est réduit à sa plus simple expression : une chambre noire et un obturateur simple pour protéger la surface sensible de la lumière.
Voici quelques éléments de calculs pour déterminer le diamètre du sténopé à utiliser :
  • La distance en mm de la surface sensible au sténopé (distance sténopé/film dans le texte) ou distance focale (bien que le terme ne soit pas approprié) est notée f.
  • Diamètre du sténopé est noté d.
  • 0.03679 est une constante.

d = Racine carrée de f x 0.03679

Par exemple, pour calculer un diamètre de sténopé avec une distance sténopé/film de 100mm :

Racine carrée de 100 x 0.03679 = 10 x 0.03679  =  0.37mm

  • Pour connaître le diaphragme correspondant : f/d ; ce qui donne pour 100mm : 100/0.37 = f/270
Ce calcul permet de déterminer le diamètre optimal pour une distance donnée, le même sténopé peut cependant être utilisé avec une plage de distance sténopé/film intermédiaire. Vous trouverez ci-après, un tableau récapitulatif des divers diamètres que je propose ainsi que leurs distances focales utiles (f).

Diamètre (d)

Longueur optimale correspondante (f)

Diaphragme correspondant (f/d)

Plage de longueurs  conseillée (f)

Diaphragmes 
correspondants (f/d)

0.16 mm

20 mm

f/125

15 mm - 21 mm

f/90 - f/130

0.21 mm

32 mm

f/150

21 mm - 37 mm

f/100 - f/180

0.26 mm

50 mm

f/190

34 mm - 55 mm

f/130 - f/210

0.32 mm

75 mm

f/235

52 mm - 80 mm

f/160 - f/250

0.37 mm

100 mm

f/270

70 mm - 105 mm

f/190 - f/290

0.42 mm

130 mm

f/310

90 mm - 140 mm

f/215 - f/330

0.48 mm

170 mm

f/355

120 mm - 180 mm

f/250 - f/375

0.53 mm

210 mm

f/400

140 mm - 220 mm

f/265 - f/415

0.57 mm

240 mm

f/420

165 mm - 250 mm

f/290 - f/440

0.63 mm

300 mm

f/480

200 mm - 315 mm

f/320 - f/500

0.69 mm

350 mm

f/510

240 mm - 370 mm

f/350 - f/540

0.74 mm

400 mm

f/540

280 mm - 420 mm

f/380 - f/570

0.83 mm

500 mm

f/600

370 mm - 520 mm

f/450 - f/630

1.04 mm

800 mm

f/770

600 mm - 1000 mm

f/580 - f/960


Le sténopé produit un cercle image très important, d'un diamètre égale à environ 3,5 fois la distance le séparant de la surface sensible (3,5 x la distance focale (f), par exemple pour 100mm = 350mm de cercle image), mais cette donnée dépend surtout de votre capacité à accepter d'avoir des bords image relativement sombres ou pas (vignettage lumineux sur les très courtes distances focales par rapport au format image).

Il est donc utilisable avec de très courtes distances sténopé/film. Ainsi, un sténopé placé à 35 mm d'un plan film 4x5 inch couvrira ce format et donnera le même angle de champs image qu'une optique de 35mm (si une telle optique existait pour couvrir ce format de film, ce qui n'est pas le cas :  l'objectif  le plus court disponible actuellement pouvant couvrir le 4x5 inch est un 47mm).

Le sténopé en tant que système de prise de vues photographique a été utilisé avec succès à  partir de la fin du 19ème siècle. Les films et papiers d'avant cette période n'étaient pas assez sensibles. Le sténopé nécessite donc énormément de lumière pour pouvoir produire une image, si ce n'est pas le cas, les temps de pose peuvent devenir très longs à cause du phénomène d'absence de réciprocité des surfaces sensibles dans certaines conditions (effet
Schwarzschild ou écart à la loi sur la réciprocité).  On rencontre ce phénomène avec la majorité des films du marché pour des temps de pose inférieurs à 1/1000 de sec. ou, ce qui nous intéresse ici , supérieurs à 1 sec.

Ce qui se passe :

Un film de 100 ISO utilisé avec un temps de pose de 30 sec par exemple ne fait plus 100 ISO mais 50, 25, 12 ou encore moins et il faut donc corriger le temps de pose en fonction de cet écart de sensibilité pour les temps longs ou très courts. Tous les fabricants donnent des corrections d'exposition de leurs films en fonction des temps de poses qui seront utilisés. Ces données se trouvent sur les notices de films ou sur les sites web des fabricants de films. Sur le site de David Balihar (http://www.pinhole.cz/en/pinholedesigner/) vous trouverez un petit logiciel libre capable de calculer un temps de pose, en fonction de cette loi, pour la majorité des films du marché.


Une bonne base de départ est de doubler voir tripler la pose donnée par la cellule pour des temps allant de 2 à 30 secondes (doubler quand on est proche de 5 sec, tripler quand on s'approche des 20-25 sec. quadrupler voir quintupler au delà des 30sec.). Il y a un film qui semble ne pas avoir ce type de problème, c'est le Fuji Provia 100 (et 400) qui est une diapositive couleur : la pose donnée par la cellule est utilisable sans correction jusqu'à 2 minutes.



Page en cours de  construction


stenocamera@wanadoo.fr


En travaux...


Accueil          Matériel          Boutique du site          Informations Techniques          Galerie          Informations légales          Liens

Tous droits réservés © Sténocaméra France - Siret n°49362798800014 - Code APE 334B